Archives de
Étiquette : #débuts

Gazelle court, épisode 2

Gazelle court, épisode 2

J’ai décidé de faire lire mes premiers posts à Papounet et Mamounette. On aurait cru que c’était Noël pour eux. « Gazelle fait ENFIN du sport, champagne !!! ». Ni une ni deux, le Papounet envoie un mail pour nous inscrire à quatre aux Bacchantes. Une course toute en moustache de 8 kms pour soutenir la lutte contre le cancer de la prostate. En voilà une idée qu’elle est bonne. Seulement le Papounet se figure que dans un mois je cours 8 kms d’une traite en moins d’une heure (« franchement on est à Chartres avant 13h Gazelle, t’inquiètes pas »). J’ai même pas osé le contredire, j’ai pris mes baskets et je suis partie faire un petit décrassage.

Mais malheureusement, il y a des semaines où tout se ligue contre vous, si si je vous assure.

La météo m’a lâchée la première ; la pluie a débarqué en force cette semaine. Point de petit crachin breton, on est direct passé au niveau 2, la belle saucée parisienne. Même qu’il a fallu que je ressorte le petit sous-pull Kalenji qui s’ennuyait au fond du placard (je me rappelle même plus comment il a atterrit chez moi celui-là). Et j’ai rajouté les gants et l’écharpe qui se marient à merveille avec le jogging du dimanche. Magnifique tout ça.

Et puis il y a des évènements joyeux mais qui mettent instantanément un coup de frein à toutes vos belles résolutions. Le week-end dernier Gazou et moi étions à un mariage assez incroyable. A 22h il n’y avait plus une goutte d’eau, la sécheresse totale. Ils ont dû sortir de la vodka et de la bière pour couper le champ’ et le vin. Pas grave, l’eau ça fait rouiller paraît-il. (Bon c’est vrai que le lendemain j’ai regretté de ne pas avoir rouillé un peu).

Et puis pour couronner le tout, petite intoxication alimentaire de derrière les fagots mercredi. Avec tout ça j’étais au top de ma forme toute la semaine !

Mais… (attention c’est le moment où je m’autocongratule)… j’ai tenu bon ! Si ça ce n’est pas de la motivation franchement ?? Et même qu’en me mettant des coups de pieds aux fesses j’ai réussi à tenir ma fréquence d’entraînements.

Evidemment, ça a piqué de la tête aux pieds. Et je ne parle même pas de mes « performances » (m’en fou j’appelle ça comme ça quand même !), j’ai presque eu du mal à rattraper une mamie qui traînait ses courses en cabas sur le chemin du retour mardi soir. Bref, j’ai pas regardé le chrono, les distances, tout ça tout ça, j’ai regardé la courbe de tenacité, toujours aussi régulière.

Et je me dis que c’est toujours mieux de courir avec les limaces que de faire la larve sur le canapé.

Et je suis plutôt contente d’avoir tenu bon car ce matin, enfin, ça a donné quelque chose, j’ai fait ma première sortie de 5kms en moins de 40 minutes (oui je sais ça va en faire rire beaucoup mais moi je n’arrête pas de vérifier mon Garmin pour être sure que c’est vrai, na). D’ailleurs j’étais pas peu fière quand j’ai constaté que le samedi matin à 8h dans les bois il n’y a que les fous furieux qui sont là (le club de triathlon notamment)… et moi !

Et pour finir cette semaine en beauté, je me suis dit qu’il fallait bien fêter mon premier mois de running alors je me suis permise de casser la tirelire. Et là, attention, j’ai fait comme les vrais de vrais, j’ai investi dans mon premier gel antifriction et mon premier gel tonique pour chauffer les petites jambes avant de les faire galoper. C’est pas parce qu’on se fait du mal qu’il ne faut pas se faire plaisir après tout. Et puis maintenant je n’ai plus le choix… il va falloir rentabiliser ces petites merveilles.

Allez objectif 8kms le 11/11 !

Un petit mot sur Gazelle

Un petit mot sur Gazelle

C’est l’histoire d’une Gazelle pas sportive de 29 ans (et 24 mois) qui n’aime pas faire les choses dans l’ordre. Tout commence par un beau jour de 2014. Légèrement influencée par son runner de Gazou, la Gazelle se dit « tiens ça a l’air trop rigolo la course des Pères Noël »… Elle décide donc de s’inscrire pour courir 10kms, déguisée, dans le froid de décembre à Issy-les-Moulineaux. Pas d’entraînement, des chaussures empruntées à sa maman (ouais même pas honte), un soupçon de folie (ou d’inconscience) et la voilà partie en petites foulées en queue de peloton. Et c’est là le début d’une histoire d’amour bien compliquée…

gazelle

Parce qu’il faut préciser les choses tout de suite, la Gazelle n’a pas le physique pour courir et n’avait pas vraiment chaussé les baskets depuis le bac (aaah toutes ces heures passées à papoter avec les coupines sur le tour de piste d’Arpajon sous les hurlements de madame Dragon « on parle moins et on court plus les filles, bougez moi ces fesses, vous me remercierez cet été »).

Bref, je m’égare, revenons en 2014. Après 1h23 d’injures, de questions existentielles (« mais pourquoiiiiiii je fais ça ?? »), de « high five » dans toutes les petites mimines compatissantes sur le bord de la route et de déhanchés au son des fanfares, la Gazelle se dit que courir c’est trop cool. Ni une ni deux, Gazelle s’achète de bonnes baskets et un cardiofréquencemètre.

Oui mais voilà, courir en peloton sous les hourras de la foule ce n’est pas duuuu touuuuuuut pareil que de se lever seule le matin pour claquer le bitume (ben oui le Gazou il va bien trop vite pour sa Gazelle). Et je ne vous parle même pas de ces jours où même la météo se moque de Gazelle.

Donc nous voilà deux ans plus tard, quelques courses ultras funs tentées avec les moyens du bord, mais toujours pas d’entrainement. Et ces pauvres baskets qui attendent gentiment leur heure de gloire…

Alors me voilà, toute Gazelle que je suis, je retente l’expérience du running mais cette fois j’ai décidé de relater mes aventures pour me motiver. C’est donc un blog pour raconter les débuts d’une runneuse (très très) amatrice, les petites victoires, les grandes découvertes, les galères, les expériences… En espérant que ces quelques lignes inspireront d’autres gazelles ou gazous comme moi qui sont tentés par la course à pied mais qui galèrent ! (Et en espérant aussi que je tienne le choc hein).

Et parce que je suis toujours super raisonnable je vais évidemment me fixer un bel objectif : courir un marathon l’an prochain… mouahaha non jamais de la vie (pis je te raconte même pas comment ça ferait rire les coupains si je leur disais ça). Disons que si je suis toujours là dans un an, je me fixerai certainement quelques vrais objectifs. En attendant, j’aimerais surtout être capable de courir en me faisant plaisir sans que mes poumons me maudissent au bout de 10 minutes et pouvoir apprécier une course sans perdre un genou en route. D’ailleurs si quelqu’un a retrouvé ma rotule à Disney, qu’il me la renvoit, elle me manque un peu quand même.

Bonne lecture à tous !

PS: en exclusivité, voici mon plus beau sourire :

sourire de gazelle