Archives de
Étiquette : #abdosquipiquent

Elle trotte, elle trotte la Gazelle, la Gazelle du bois mesdames…

Elle trotte, elle trotte la Gazelle, la Gazelle du bois mesdames…

« Et sinon quoi de neuf pour toi Gazelle ? » Ben je cours moi, ouais ouais pour de vrai.

Cette semaine je discutais avec une collègue, ma petite Elo, qui s’est mise à la course à pieds en même temps que moi (et qui n’osait pas non plus l’avouer avant que ça devienne un peu sérieux). Et ça m’a fait un bien fou d’en parler avec une autre galérienne. « Ah ouais toi aussi tu te prends le mur des 15mn ? (c’est exactement comme le mur du 30ème kilomètre pour les marathoniens, mais là c’est le niveau 1 pour les très très nuls quoi) ». « La tenue ? Pffff m’en fiche je préfère mettre des trucs fluos. Si j’agonise, au moins on ne me louperas pas ». « T’as quoi comme appli ? Cool de voir les calories brûler hein ». Et c’est aussi en discutant avec Elo que je me suis rendue compte que je deviens une vraie adepte. Je te cause de la VMA (même si je ne connais pas la mienne), d’étirements, de récupération tout ça tout ça le plus naturellement du monde ! Et en plus j’aime ça. Le lavage de cerveau est en marche, ouiiiiiiii !

running

Et puis bien sûr, faut pas seulement en parler, faut aller courir (« et m**** »). Rassurez-vous, je continue à faire un peu n’importe quoi… mais j’ai enfin trouvé mon rythme de croisière.

Le premier run de la semaine, je fais de l’endurance. C’est-à-dire que je cours le plus longtemps possible sans marcher… Quitte à finir à 2km/h avec le vent dans le dos ou à m’accrocher à un gosse en trottinette (ouais même pas honte).

Le deuxième run de la semaine je fais un pseudo fractionné (me suis laissée convaincre par la milice de la course à pied). Je cours à fond (bon 10km/h quoi) une minute et je récupère 30 secondes en marchant. Et je le fais un maximum de fois tant que mon cœur ne cogne pas trop. Quand je sens que j’ai suffisamment bossé, je rentre en petit footing.

Le troisième run de la semaine, je fais 5 kms en alternant course et marche, toujours au feeling (pour pas dire n’importe comment). En courant j’ai croisé un monsieur en galère, on s’est reconnu tout de suite « c’est dur hein » qu’il m’a dit. « Nan penses-tu, je fais juste semblant de cracher mes poumons ! » Bon en vérité je n’ai même pas pu compatir ou répliquer, aucun son n’a voulu sortir de ma gorge. Au final j’ai réussi à boucler ma petite sortie en 38 minutes, je me sentais trop fière… jusqu’à ce que je prenne l’ascenseur et que je vois dans le miroir une Gazelle très, mais alors très, très dégoulinante. Bon, bah j’ai compris ce que le monsieur s’est dit quand on s’est croisé quoi.

Le dimanche, si je sens la motivation, je fais un mini décrassage de 2kms et des brouettes, sans objectif, juste parce que je veux ma dose d’endorphines (et parce que ça motive mon Gazou à aller courir, en ce moment faut presque lui mettre ses baskets aux pieds pour qu’il y aille).

Et ben avec tout ça cela fait cinq petites semaines que je brave les éléments.

Et parce qu’à chaque semaine je tente une petite nouveauté, cette semaine j’ai rajouté les abdos et le gainage (j’allais oublier d’en parler jusqu’à ce qu’un loukoum de chat me saute sur le ventre et me rappelle que j’ai des courbatures de cinglés). Bref, j’estimais que je ne me faisais pas assez mal (et surtout j’ai trop lu des avis de pros qui disent que le renforcement musculaire c’est pri-mor-dial, ils ne font pas complexer du tout ces gens-là). J’ai donc pris mon courage à deux mains, mis une petite musique qui motive et j’ai tenté de me rappeler très fort ce que me disais la machine de guerre à la salle de sport (« rentre ton ventre, serre les fesses, inspire à la montée, expire à la descente, allez encore une série » ouais, je me demande bien pourquoi j’ai arrêté d’aller là-bas). Première série… ça va, même pas mal. Deuxième série… ah oui les abdos sont là. Troisième série… oh punaise on va commencer mollo ça suffit pour aujourd’hui. Gainage… les 30 secondes les plus longues de toute ma vie. Mais c’est même pas humain de faire un truc pareil (même si on recommence demain quand même). Bilan : je ne vais pas pouvoir rire de toute la semaine, je vais insulter tout ce qui bouge dès que je vais tousser, mais je me sens hyper renforcée là, tout va bien.

muscu2

Allez, vivement la semaine prochaine.